CONSEILS POUR LE MALADE
Téléphone : 05.62.05.24.52 - 22, rue Federico Garcia Lorca 32000 AUCH - E-mail : francealzheimergascogne@orange.fr

 

  La maladie d'Alzheimer modifie progressivement les cellules du cerveau et par conséquence les comportements du malade. Ce dernier doit s'adapter à de nombreux changements. Il est très important que le malade continue à communiquer et accepte de l'aide car il risque de s'isoler et de se replier sur lui-même. Rien ne l'empêche de continuer à aimer, à être aimé, à avoir du plaisir et à être ému, à faire des projets et à maintenir une vie sociale. Le malade ne doit pas se décourager. Il doit continuer à se considérer comme un être unique et entier, ni débile, ni malade mental, mais une personne capable de parler des problèmes de la maladie d'Alzheimer à son entourage et des aides qu'il peut lui apporter. Le problème réside dans le fait que la personne malade ne se rend pas toujours compte de ce qu'elle peut et ne peut plus faire toute seule. Cela crée parfois des problèmes relationnels avec sa famille qui prend des décisions difficiles pour la protéger et non par manque d'amour (comme pourrait le penser le malade).

 

Une vie de couple peut être perturbée par la maladie d'Alzheimer. Le conjoint et/ou les enfants peuvent être irrités par les changements dans le comportement du malade. C'est souvent l'expression de leur inquiétude. La personne atteinte de la maladie peut parfois s'inquiéter de la réaction de ses petits-enfants ou de ses amis qui ont parfois tendance à l'éviter, connaissant mal les troubles dont elle souffre.
Ces troubles de comportement générés par la maladie d'Alzheimer peuvent amener le malade à se replier sur lui-même et à refuser toute aide.
A un moment donné, le malade peut être dans l'impossibilité de prendre des décisions pour ses affaires personnelles (classer ses papiers, gérer son compte bancaire, décider de soins particuliers ou d'une intervention chirurgicale, finaliser sa succession...etc...)
Il est important que le malade puisse parler de la maladie d'Alzheimer avec son conjoint et son entourage familial quand il le sent nécessaire car, souvent, ils connaissent mal les conséquences de cette maladie, se demandent comment le malade vit ses troubles et comment ils peuvent l'aider.
Le malade ne doit pas se tenir à l'écart et priver par exemple ses petits-enfants d'une relation avec sa grand-mère ou son grand-père. Les petits-enfants sont souvent plus à l'aise que le malade face aux difficultés générées par la maladie d'Alzheimer.
Même comportement du malade avec ses amis. Il peut les rassurer en leur proposant de partager telle ou telle activité avec eux, activité où le malade se sent encore à l'aise.
Il est très important pour le malade de continuer à communiquer, à organiser le présent et préparer l'avenir. L'association locale France Alzheimer peut l'aider à faire de nouvelles rencontres, voire de nouveaux amis, à rencontrer des bénévoles ou des professionnels pour lui apporter des aides appropriées et un soutien psychologique.
Depuis la loi du 4 mars 2002 sur les droits du malade, toute personne peut désigner un membre de son entourage comme "Personne de confiance" qui pourra l'accompagner dans toutes ses démarches et décisions à prendre. Le malade doit aussi mettre de l'ordre dans ses affaires, exprimer ses souhaits, voire rencontrer son notaire...

Tout au long des changements générés par la maladie d'Alzheimer, il est souhaitable que la personne malade soit conseillée sur :

les pertes de Mémoire l'Orientation
 l'Organisation  le Langage
   

 

 

 

Haut de page   Accueil